Mairie de Saint Jean des Ollières - le Bourg - 63520 Saint-Jean-des-Ollières.Tél/ Fax: 04 73 70 90 17. Mail: mstjean@wanadoo.fr  

                   Site réalisé par rgourcy@orange.fr. Tous droits réservés. Plan du site. Mentions légales.      



   N’avons-nous pas un jour ou l’autre été amenés à nous poser la question sur l’origine probable de nos hameaux. Que ce soit leur implantation, leur configuration, leur architecture. Au village du Teil

Il s’agit de la TOPONYMIE, l’étude du nom des lieux ; l’orthographe des Le village du Vacher vue générale.villages, parfois évolutive avec les siècles, nous donne des informations précieuses sur l’origine des peuplements et les choix d’implantations des premières habitations.

   Si le hasard a parfois son mot à dire, il est souvent surprenant de constater, à chaque détour de chemin, l’héritage du passé, la volonté des hommes qui ont habité ici, il y a mille ans, cent ans ou simplement hier, de faire tel ou tel aménagement.

   L’origine des noms de lieux fournit des indications sur l’étude des peuplements à l’époque gauloise et gallo-romaine.

   Les noms d’origine gauloise montrent une forte densité de population le long de l’Allier. Issoire, Brioude, Auzon sont d’origine purement gauloise. Les noms en ialo (lieu désignant une clairière), olium, ol, ols, euge, euges ou en oux sont également gaulois, mais ils ont certainement subi une influence romaine.


   Les noms de lieux en ange, argue, ac, at, acum sont d’origine gallo-romaine. Ces noms se retrouvent aussi sur les bords de l’Allier mais également dans le Livradois jusqu’à une altitude de 800 m. Il est important de remarquer que certains termes gaulois et parfois romains ont disparu du français, mais existent toujours en patois (occitan) Cette toponymie nous permet d’apprécier le mouvement des populations avec l’arrivée des Romains. C’est seulement après le chaos des grandes invasions que l’homme va s’installer durablement en Livradois.

   Au début du Moyen Age, les emplacements de nos villages actuels sont presque tous constitués. La plupart des villages médiévaux se sont souvent bâtis sur des hauteurs. S’il y a des sommets, il y a aussi des vallées et là encore les toponymes sont innombrables. Quand aux villages, ils peuvent être bâtis entre deux vallées mais surtout à proximité des cours d’eau ou des sources. Lorsque le relief ou la présence d’un cours d’eau ne sont pas suffisamment pertinents, le plus simple est de nommer un lieu en fonction de sa végétation, de la forêts ou d’un bois pouvant être défriché, d’un champs cultivé, des prés, de landes, des carrières, la faune présente en ce lieu, les métiers, l’industrie, les fortifications, le domaine religieux, les routes et chemins et même le patronyme d’un habitant.

   Nous dénombrons 50 hameaux dispersés sur la commune de ST JEAN DES OLLIERES dont 6 inhabités car disparus sous la végétation.


Arbaud : bois dur.

Artheyre : lieu où on avait vu des ours (refuge, tanière d’ours ).

Aux Faux : lieu planté de hêtres.

Les Balais : Les genêts ou terre en longue jachère.

La Batisse : Construction nouvelle.

La Benardie : La terre appartenait au sieur Benard.

Les Boules : Bornage d’un champ.

La Boissière : Endroit planté de buis.

La Broussas : Bruyères, bois en broussailles.

Chaboulet: Lieu dominant ou espace limite borné d’une seigneurie ancienne.

La Chabanne : Endroit ayant à l’origine une petite maison, hutte voir cabane.

Les Chalus : Un refuge, poste ou petit ouvrage fortifié.

Les Chaux : Endroit désert et rocailleux voir inculte.

Chavarot : La roche creuse.

Le Chêne vert : Endroit planté de chênes.

La Collange : Parcelle cultivée par un colon.

La Combe : Le vallon.

La Côte : Penchant de montagne ou colline.

Le Couderchet : Petit pâturage mis en commun.

Les Coutades : Les chênes étêtés.

Croizat : Tour de bois ou de pierre.

La Cruche : Lieu en saillie ou petite meule de paille.

Les Gobes : Sobriquet d’habitants ( les niais, les ahuris ).

La Garde : Poste de guet qui domine un pays.

La Gardette : Petit poste de guet.

Les Granges : Ferme ou métairie où l’on conservait le grain.

La Grange du Prat : La ferme du pré.

Les Gats : Les chats.

Ischamps : Essaim d’abeilles.

Josserand : Nom d’une famille originaire de ce lieu ou désignant l’endroit placé sous le rebord du terrain.

Le Mas : La maison, une ferme, un domaine.

Le Mas du Bost : La ferme ou la maison du bois

Les Meules : Endroit où se trouvaient des meules de moulin.

Miodet : Cours d’eau descendant de la montagne ( ruisseau sinueux ).

Les Moulèdes : Le travail fait à la meule ou le produit du moulin voir également le lieu de fabrication de meules fixes.

La Moutonnerie : Endroit où on élevait des moutons.

Pailler : Meule de paille.

La Plagne : Espace plat.

Les Paroisses : Endroit qui rappelle la juxtaposition des terrains paroissiaux.

Le Pic : Une hauteur de terrain pointue.

Les Pilières : Lieu où l’on traitait les chiffons (où résidait une famille de chiffonniers ).

Les Poyets : La petite colline.

La Taillerie : Lieu où l’on fait le taillant ( le tranchant ).

Le Theil : Le bois de tilleul.

La Tour du Miodet : Fortification à proximité du ruisseau du Miodet.

La rente : Terre concédée contre redevance.

Rosnet : Défrichement d’une végétation sauvage.

La Serre : Butte de terrain en forme allongée.

Le Vacher : Endroit où on élève des vaches.

Le Viallard : Petit village avec son territoire

La Vie : La route, le chemin.

Les Querettes : Le petit coin.

SAINT JEAN DES OLLIERES : Village où l’on fabriquait les Oles (oules) marmites de terre à deux anses servant à faire cuire la soupe.

Le Grun : Un tertre ou sommet arrondi.


EPILOGUE


Après pas mal d’obstination et de patience je suis parvenu à faire le point sur la toponymie de nos villages, ceci avec l’aide précieuse de passionnés et d’érudits en la matière.


 Merci de tout cœur aux familles : Jean PRAT, Sylvette ANGLADE et Serge CHALEIL qui m’ont apporté les premières pistes et à messieurs Etienne COUDERT, Pierre BONNAUD, Yves LAVALADE, René CREPIAT pour leurs recherches linguistiques indispensable.

Ces recherches puissent elles vous faire comprendre que la toponymie est un domaine plein de pièges de la connaissance et que beaucoup d’explications brèves et tranchantes ne sont que son travestissement.  



       Jacques DAUPHIN



QUAND NOS VILLAGES NOUS PARLENT !